Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Partage sur l'héritage oblat

portrait d'Alfonso Bartolotta au bord de la mer

C’est ma 28ème année à l’étranger. Après Lourdes, Lyon, Paris, me voici en train de vivre la 17ème année en France, et tout particulièrement, à Nice. Eh oui, il s’agit de « Nissa la bella » ou encore « Niça la bèla », selon l’hymne en langue niçoise (dialecte occitan) : la capitale du département des Alpes-Maritimes sur la Côte d’Azur. C’est ici, et en plus dans le « Carre d’Or » – situé au cœur de la ville, tout près de la renommée Promenade des Anglais – que les missionnaires Oblats de Marie Immaculée vivent, depuis 1894.

Je suis le dernier arrivé – en septembre 2017 – quand la communauté oblate comptait six oblats à Nice. Les trois oblats, les plus jeunes, vivent en communauté au service dans le Sanctuaire du Sacré-Cœur et du « Toit pour toi », maison d’accueil pour les jeunes adultes et migrants en difficulté d’insertion sociale. Les trois autres confrères, nos aînés, vivent dans trois endroits différents – pour plusieurs raisons ou choix personnels – deux à Nice et un à Menton. Tous les trois aussi prêts à rendre de multiples services dans leurs lieux de vie (deux maisons de retraite et une paroisse).

Une véritable communauté internationale : six oblats de cinq différents pays, à savoir : deux de Pologne, un Corse de France, un de Belgique, un du Cameroun et un Sicilien d’Italie ! Leur âge ? De 43 ans à 95 ans.

Un véritable brassage aux multiples aspects : brassage intergénérationnel, interculturel, de formation à la vie religieuse, de ministères pastoraux, de vision missionnaire, de communautés apostoliques, de collaboration avec le laïcat, de pastorale auprès de jeunes, du recrutement vocationnel, du vivre ensemble « atypique » (en quatre lieux différents) et du vieillir ensemble (chacun dans son lieu de vie).

En un peu moins d'un an – et précisément en 11 mois et 13 jours – nos trois confrères aînés ont quitté ce monde franchissant le grand passage pour l’Autre Vie. Il s’agit des pères : Jacques Ollès, 82 ans (+ le 28/02/2019), Stanislas Skorczynski, 83 ans (+ le 11/01/2020), Noël Leca, 95 ans (+ le 15/02/2020). Je n’avais jamais vécu cela. C’était ma première fois, et je n’imaginais pas non plus toutes ces énergies demandées... L’effort fraternel de les accompagner dans leur souffrance et maladie, la solitude et l’hospitalisation, et jusqu’au bout y compris les interminables démarches auprès des pompes funèbres. Combien de jours et les nombreuses heures de travail pour libérer et vider leurs chambres ou mini-appartements ; l’attention pour récupérer leurs écrits et les manuscrits à garder aux archives oblates de la Province.

Je me suis rendu compte qu’il ne s’agissait pas seulement du départ de trois confrères aînés, mais surtout d’un grand départ : un total de 260 ans de vie dont 198 ans de vie religieuse et 178 ans de vie missionnaire-sacerdotale. Quelle sensation et émotion, toucher énormément de classeurs, trier des milliers de pages manuscrites (conférences, écrits spirituels, homélies, notes, textes, etc.) si bien rangées et méticuleusement en ordre – mieux que mes documents dans mon ordinateur – avec une patience de moines chartreux. J’étais ému en feuilletant ces pages qui renferment et gardent une longue vie intellectuelle, de recherche et de quête spirituelle, missionnaire et d’évangélisation. J’avais l’impression de me trouver comme devant un trésor : un véritable héritage oblat, un patrimoine pour les générations à venir. Une sorte de retransmission du charisme oblat par le biais du cheminement personnel parcouru et vécu par chacun de nos confrères aînés.

Content et conscient à la fois d’avoir vécu cette expérience, me confrontant à la fin de vie de nos confrères aînés, j’avoue, paradoxalement, m’être posé beaucoup de questions. Je pense que dans notre manière de vivre en communauté, il faudrait savoir passer du vivre « l’un à côté de l’autre » au vivre « l’un avec l’autre ». Je me demande : sommes-nous véritablement des missionnaires ou risquons-nous de devenir des missionnaires démissionnaires... ? Faut-il attendre d’arriver « à la fin » et...

  • Ne pas oser demander de peur de déranger... ?
  • Ne pas vouloir accepter de se laisser aider... ?
  • Ne pas se connaître assez... ?
  • Découvrir de connaître peu l’autre... ?
  • Baisser les bras et se laisser aller, religieusement et spirituellement parlant... ?
  • Se retirer, s’enfermer, s’isoler, s’abandonner... ?
  • Refuser tous les soins... ?

Voilà des questions non seulement que je continue de me poser, sans forcément avoir trouvé des réponses satisfaisantes, mais aussi que j’aimerais poser à tous les confrères oblats – jeunes en première formation, adultes et aînés en formation continue – pour nous entraider et nous soutenir dans ce domaine auquel, tôt ou tard, nous vivrons et/ou nous ferons vivre. Les paroles de notre Fondateur nous éclairent :

« Ils se supporteront mutuellement avec beaucoup de douceur et de patience, rivalisant de bons offices et pratiquant une charité joyeuse. Chacun évitera tout ce qui pourrait contrister ses frères, et cédera de bon cœur à la volonté des autres, afin que la paix de Dieu et la charité du Christ demeurent en eux. Ils s’aimeront et se respecteront les uns les autres et se préviendront d’égards mutuels » (St Eugène de Mazenod, 1825).

Les Constitutions et Règles nous rappellent l’essentiel : « C’est dans la communauté à laquelle nous appartenons et par elle, que nous accomplissons notre mission. Nos communautés ont donc un caractère apostolique. La charité fraternelle doit soutenir le zèle de chacun, en fidélité au testament du Fondateur : ‘‘Pratiquez bien parmi vous la charité, la charité, la charité, et au dehors, le zèle pour le salut des âmes’’. À mesure que grandit entre eux la communion d’esprit et de cœur, les Oblats témoignent yeux des hommes que Jésus vit au milieu d’eux et fait leur unité pour les envoyer annoncer son Royaume » (C 37).

Un simple partage sur l'héritage oblat que nous avons et que nous sommes.

Alfonso Bartolotta omi - Nice, le 19 mars 2020

Contact Hébergeur : OVH © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013