Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

FAILLITE...!

Il leur avait pourtant bien dit...
(Loi immuable en clairs propos)
que chaque mot comme un édit
serait à vivre sans repos

Aux morts et aux résistants
sur la frontière de la bande de Gaza

-1-

« Ainsi parle ton Yah*-Seigneur :
Tu te souviendras, Israël
de ton passé fait de malheurs
quand Pharaon était cruel… »
Hélas ils ont vite oublié
et font subir à leurs cousins
le triste sort des humiliés
qu’ils ont vécu chez les voisins.



-4-

« Tu ne mettras sur le chemin
aucun obstacle aux yeux fermés
car ton Seigneur en ses desseins
aime le faible et l’opprimé… »
Mais ils construisent des barrières
murs de béton face au tout-autre
cœurs enfermés, lois meurtrières
sournois racisme où ils se vautrent !


-7-

« Puisque je t’ai nourri du pain
d’un fol amour loin des discordes,
pour la veuve et pour l’orphelin
tu vivras de miséricorde !... »
Mais les voilà qui font blocus
assassinat-étouffement
en interdisant mordicus
le va-et-vient des mécontents.



-10-

« Point ne me plaît, dit leur Seigneur
ni la violence des guerriers
ni les canons empoisonneurs
des fiers soldats mal conseillés !... »
Mais ils déversent leur mitraille
rideau de feu comme un écran :
cacher la peur qui les tenaille
devient prétexte délirant.



-13-

«  Vous avez mis pour me cacher
un grand rideau dans votre temple
ce n’est point là qu’il faut chercher
la Shékina* des cœurs plus amples ! »
Mais ils luttent pour une terre
où Yah réside en pointillés
se croyant seuls propriétaires
de son amour au monde entier.


-2-

« Tu respecteras, ô mon fils
tout immigré qui est chez toi
car tu le fus au temps jadis
puissante Egypte d’autrefois… »
Mais le passé parti bien loin
laisse la place au pur rejet
l’iniquité sans un témoin
met en œuvre ses vils projets.



-5-

« Ecoute bien, je suis ton Dieu :
lors des moissons tu laisseras
quelques épis au malheureux
pour se nourrir quand il viendra !... »
Mais ils iront jusqu’à chasser
en expulsant sournoisement
détruisant le laissez-passer
des citoyens sans agrément.




-8-

«  Je vous ai dit, dans le désert
en long chemin qui purifie
de vous méfier de ceux qu’on sert
quand le pouvoir les déifie !... »
Mais à leur tour, ivres de haine
avec leurs chars avec leurs bombes
c’est le pouvoir qui les enchaine
et creuse en eux le trou des tombes.


-11-

« Je Suis le Dieu des grands espaces
et Yah n’est pas ankylosé :
Si dans vos cœurs manque la place
j’irai ailleurs me reposer !... »
Mais leur pays comme un bocal
se forge un centre imperméable
le chauvinisme trop local
vire au moisi irrespirable.



-14-

« Je suis pour vous source de vie
et vous vous creusez des citernes
triste fissure où l’eau s’enfuit :
plus rien de Yah ne vous concerne !... »
Les tout-pour-moi réquisitionnent
l’eau du Jourdain qui est commune
c’est la source qui empoisonne
et alimente les rancunes.



-3-

« Surtout, mon peuple, souviens-toi
dans ta demeure d’étranger
comment ils ont fait envers toi
avant de sortir du danger… »
Mais ils deviennent plus méchants
excluant toute différence ;
insupportable et dégradant
le triste agir de leur méfiance !


-6-

« Quand tu seras sur cette terre
dont mon amour à fait le choix
accueille bien ta propre chair
et fais-lui place sous ton toit !... »
Mais voyez-les, volant les biens
et bétonnant vergers et champs
en reprenant au « trois fois rien »
même la part de l’indigent.



-9-

«  On lit dans le Deutéronome :
je ne tuerai pas l’oppresseur
car je suis Dieu et non pas homme
et je veux pour vous le bonheur !... »
Eux, disent qu’ils ne tirent pas
sur la frontière intemporelle
mais les cadavres, beaux appâts
sont le fruit de balles réelles.




-12-

« Je l’avais bien dit à Caïn :
enfant, qu’as-tu fait de ton frère ?
Pour être berger de l’humain,
le mal en toi, fais-lui la guerre !... »
Mais les voilà, fière nation
indépendante et rancunière
n’observant rien des décisions
de ceux qui sont encor leurs frères.



-15-

« Mon peuple va cherchant sa voie
et je voudrais bien voir sa face
mais c’est sa fesse que je vois
et son orgueil qui le menace !… »
Choisi par ’’YAH’’ pour être signe
le Bien-aimé est parti loin
Cœur éructant des mots indignes :
Jérusalem n’est plus témoin.



IL leur avait pourtant bien dit...
Fidèle alliance bipartite
que leur histoire contredit :
c’est leur mission qui est faillite !

Serge Cuenot -Lumières (84)
avril 2018

* Yah  : c’est le nom de Dieu « Yahweh »
* Shékina : mot hébreu qui signifie « Présence » de Dieu

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013