Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Les Oblats et les Médias

  1. Fabio Ciardi : Média et évangélisation

portrait de Fabio Ciardi

A titre d'introduction, Fabio Ciardi, Oblat italien en charge de la formation permanente et directeur de la revue OMI "Oblatio" a fait un retour sur l'histoire.

Paradoxe : comment se fait-il que les Oblats aient été impliqués dans autant de revues depuis leur fondation alors que leur fondateur insistait tant sur la force de la prédication orale ?

"La grâce de la conversion est éminemment attachée à la parole ; c'est la vertu de Dieu, les miracles s'opèrent par elle (...) et il en sera ainsi jusqu'à la fin des siècles. C'est par la parole parlée, et non par la parole écrite, que les nombreuses conversions s'opèrent"

Oui, mais dans le même temps, Eugène de Mazenod était attaché à l'écriture ! C'est ainsi qu'il conseillait les jeunes Oblats en formation :

"A la philosophie et à la théologie joignez le culte des lettres. Ce temps ne sera pas perdu. L'Église demande ce service de vous. Sachez écrire aussi bien que parler."
portrait de Alexandre Taché
Alexandre Taché (1823-1894)
C'est ainsi que très rapidement, les Oblats missionnaires prirent l'habitude d'écrire pour raconter, témoigner, de la dynamique missionnaire dont ils étaient les témoins. Cela dit, la tension restait vive : Prêcher... Ecrire... Difficile de tout faire. Mgr Taché, un des premiers évêques de l'Ouest canadien, le constatait :
S'ils ne sont pas écrivains, ce n'est pas le talent qui leur fait défaut, c'est le temps qui manque. Ce sont ces occupations, si multipliées, si accablantes, qui absorbent notre vie et nous permettent à peine de répondre aux nécessités les plus impérieuses, aux devoirs les plus urgents. Les ressources si limitées de nos Missions, les circonstances si exceptionnellement défavorables dans lesquelles nous vivons, la nécessité de dompter mêmes les éléments, de demander sa vie matérielle aux rigueurs du climat, aux aridités du désert, voilà quelques-unes des raisons de notre silence, voilà, si l'on veut, des pages que nous préparons aux plumes de ceux qui nous succèderont. C’est certainement déjà un grand talent et un grand mérite, au milieu de tant de difficultés, de trouver le temps et les moyens d'instruire ses ouailles, d'apprendre leur langue, d'exercer notre ministère avec le zèle que Dieu a droit de demander à ses apôtres. » (Mgr Taché)

Pourtant, il faut reconnaître qu'en matière d'écriture, les Oblats n'auront pas démérité. A titre d'exemple, Fabio Ciardi a rappelé que pour la seule année 1957, les Oblats européens pouvaient aligner les chiffres suivants : 4 millions d'exemplaires pour l'ensemble des revues européennes imprimés sur quelques 3.000 tonnes de papier !!! 91 revues oblates étaient publiées en français, 80 en anglais, 5 en allemand, 3 en polonais, 4 en flamand, 4 en italien, 14 en espagnol, 1 en tchèque. L'histoire de la revue française "Pôle et Tropiques" publiée entre 1945 et 2002 donne un aperçu intéressant de cette époque.

Devant ces chiffres, il faut bien constater que la situation de ce début de XXI° siècle est différente. Internet est arrivé, modifiant profondément notre rapport aux médias. Des revues existent, des sites Internet sont organisés mais sur le fond, lit-on encore ?

Nul doute que durant nos trois jours de réflexion, nous aurons à réfléchir à la pertinence de ces médias dans l'oeuvre d'évangélisation selon le charisme oblat...

Bertrand Evelin

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013