Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Noël Tenaud : Rocheservière se souvient

un homme regarde le panneau d'exposition consacré au P. Noël Tenaud

Dimanche 16 octobre 2011, pour l'ouverture de la semaine missionnaire mondiale, la communauté chrétienne de Rocheservière a fait mémoire du P. Noël Tenaud, m.e.p. un enfant du pays mort martyr de la foi en 1961 au Laos.

C'est sous un soleil radieux que l'assemblée paroissiale s'est retrouvée autour de Roland Jacques, OMI, postulateur de la cause des martyrs du Laos, de Aymeric de Salvert, prêtre des Missions Etrangères de Paris et de Marcel Bidaud, curé de la paroisse Pierre Monnereau, au cours d'une célébration présidée par Michel Fournier, vicaire épiscopal pour la zone Nord du diocèse de Luçon. La journée avait été préparée par la famille du P. Tenaud, ainsi que des membres de la communauté chrétienne laotienne vivants aujourd'hui en France.

Tous ont pu à nouveau découvrir la figure originale et haute en couleur de ce prêtre des Missions Etrangères de Paris, mort pour la foi en fidélité à l'Evangile et à la petite communauté chrétienne laotienne qu'il avait choisi de servir.

Au cours de son homélie, Roland Jacques a retracé l'itinéraire de ce missionnaire issu d'une famille nombreuse dont plusieurs membres furent eux-mêmes engagés dans l'aventure missionnaire, à commencer par l'oncle et le neveu. Les anciens du village se souviennent de cet homme, revenu pour un dernier congé en 1959 au cours duquel il avait été décoré de la Légion d'Honneur par Mgr Cazaux, l'évêque de Luçon. Avec sa grande barbe et sa soutane, il les intimidait, eux qui n'étaient alors que des enfants, ainsi qu'en témoigne la dame aujourd'hui responsable de la décoration de l'église ("les fleurs viennent de mon jardin !"). Elle reconnaît d'ailleurs que cela fait quelque chose d'avoir connu un homme qui sera peut-être bientôt déclaré saint !

De son homélie prononcée dans l'église de Rocheservière en juillet 1931 à sa mort, comme martyr de la foi, en 1961, Noël Tenaud a toujours fait preuve d'un égal enthousiasme, fait de droiture, de bonté, mais également de rigueur morale et de pugnacité. Et le P. R. Jacques a mis en évidence l'évolution qui fut la sienne : "Le P. Tenaud est devenu un grand missionnaire ayant un grand amour pour les non-chrétiens, un amour né dans la souffrance et les épreuves endurées, avec un vrai courage de Vendéen !". C'est lors de son dernier séjour au Laos qu'il devint vraiment un "grand" missionnaire, choisissant délibérément de ne pas rester dans les villes protégées mais de rejoindre la montagne où vivaient les minorités ethniques délaissées, à la frontière avec le Vietnam. Lui et son fidèle catéchiste, Joseph Outhay, savaient les risques qu'ils encouraient. En fidélité à ces jeunes communautés chrétiennes encore fragiles, ils décidèrent de rester, et le payèrent du prix de leur vie !

le neveu regarde le photographe en souriant. En arrière, la photo de son ancêtre
Le neveu sous le regard bienveillant du tonton !

Quel souvenir en a aujourd'hui sa famille, celle d'un surhomme ? Ce n'est pas ce que pense son neveu qui, au contraire, garde de lui l'image d'un homme profondément humain, "bien dans sa tête, bien dans ses bottes" qui savait ce qu'il voulait ! "Pour moi, rajoute-t-il, c'était le baroudeur. Lorsqu'il avait décidé quelque chose, il allait jusqu'au bout". La famille Tenaud vivait alors au rythme des missionnaires de passage, accueillis à bras ouverts par les parents, et qui donnaient régulièrement des nouvelles : "Son souvenir est associé à une certaine image de l'Asie, qu'on commençait à découvrir". Et le neveu de rajouter : "Toutes ses lettres qu'on recevait, n'avaient rien d'extraordinaire mais représentaient une ouverture".

Comment est vécu le fait d'avoir un ancêtre qui sera peut-être un jour canonisé ? Est-ce que cela ne pèse pas trop lourd dans la conscience et la mémoire familiale ?

"Non ! répond simplement son neveu. Je n'ai pas encore très bien assimilé cet aspect-là, mais c'est plus vécu comme un stimulant que comme un empêchement. Il fut certainement un personnage extraordinaire, mais je ne veux pas employer le mot "exemple". Il nous a certainement fait grandir, mais cela reste une histoire très simple. Cela ne nous a pas donné une grosse tête ! C'est une histoire simple et pleine de vie !"

A voir l'ambiance qui a régné tout au long de cette belle journée, on le croit sans peine...

Bertrand Evelin

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013