Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Michel Coquelet (1931-1961)

  1. Lettre à Léo Deschâtelets, Supérieur général des OMI.

3 missionnaires en soutane blanche discutent avec 4 jeunes bonzes
Et déjà, pour certains,
le dialogue avec le bouddhisme

Solignac, le 1er Octobre 1956

Mon très Révérend et bien-aimé Père,

« Studiis absolutis, Superiori generali... singuli præsto erunt. [À la fin de ses études, chaque Oblat se mettra à la disposition du Supérieur général.] » C´est après avoir lu et relu cet article de nos Saintes Règles que je prends la plume pour vous écrire non pas une « demande » d´obédience à mon goût, mais l´offrande de moi-même au service du Maître de la Moisson, dans le champ que vous voudrez bien me désigner.

Aussi me serais-je volontiers contenté de vous redire ici la vieille formule : « Ecce ego, mitte me ! [Me voici, envoie-moi !] » Mais je craindrais que cette indifférence ne vous paraisse un manque d´enthousiasme pour les différents ministères de la Congrégation. D´autre part je sais que vous voulez connaître les aspirations mises par le Bon Dieu dans notre coeur, et, surtout, que vous n´envoyez aux Missions que des volontaires.

Alors, c´est cela que je vous dirai simplement : je suis volontaire pour les Missions, et tout spécialement pour la Mission du Laos ! Ce désir, je l´ai depuis le noviciat, où je me souviens d´avoir été fortement impressionné par une conférence du Père Morin, mort depuis, là-bas, du typhus. Il se dégageait de ce Père je ne sais quoi de surnaturel, et il avait un tel accent pour nous parler de sa « pauvre Mission » du Laos, si bien dans la ligne de la Congrégation, que je me suis senti prêt à l´y suivre. Enthousiasme facile de jeune ? Peut-être. Il devait pourtant y avoir autre chose, puisque cela dure encore, après sept ans, et que cette pensée m´a aidé dans ma vie de travail et de prière au scolasticat.

Je vous livre cela en toute soumission, heureux de m´en remettre à votre décision, car il me serait difficile - chacun étant mauvais juge en sa propre cause -, de faire ici la part de la nature et de la Grâce. Maintenant je demande au Bon Dieu dans l´oraison la grâce d´être prêt à accepter votre décision quelle qu´elle soit, conforme ou non à mes aspirations, pour le seul motif d´obéissance à son bon plaisir.

Daignez agréer, mon très Révérend Père, avec l´assurance de mes modestes prières, l´expression de mon filial respect et de mon entière soumission, en Notre Seigneur et Marie Immaculée.

Michel Coquelet, o.m.i.
Scolasticat de Solignac

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013