Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Georges Vandenbeusch

Réfugiés du Nigéria au Nord-Cameroun

Jeudi 14 novembre 2013

Georges Vandenbeusch, prêtre du diocèse de Nanterre, « fidei donum » à Nguetchéwé, a été enlevé hier soir à 23 heures chez lui par des bandits venus en moto, parlant haoussa (langue du Nord-Nigéria) et anglais. Ils l'ont amené au Nigéria (la frontière est à 20 km de la paroisse).  C’est sans doute pour demander une rançon, on verra. C’est sans doute en lien avec "Boko Haram", mais pourtant on est frappé par la ressemblance entre l'agression d'hier et une autre agression qui avait eu lieu en avril 2009 (donc avant le phénomène « Boko Haram ») à la paroisse de Nguétchéwé. Après Georges, ils ont visité aussi les Sœurs, comme en 2009, mais sans leur faire de mal.  Alors peut-être s'agit-il des mêmes  « simples » bandits ?  Nous sommes dans la tristesse et aussi dans la confiance.



Lundi 18 novembre 2013

Boko Haram a déclaré qu’ils retenaient Georges en otage, et tout concorde pour dire que c’est bien entre leurs mains qu’il se trouve. Pour le Cameroun c’est très grave, puisqu’ils ont pénétré à l’intérieur du pays, sur 20 km, ce qu’ils n’avaient jamais fait.

L’administration camerounaise a tout à fait bien pris les choses en mains. Le Gouverneur de notre Région de l’Extrême-Nord, averti dans la nuit, était déjà à Nguetchéwé (2h1/2 de route depuis Maroua) le 14 à 4 heures du matin, et y est resté avec nous jusqu’à midi ce jour-là. Le Cameroun travaille en lien avec le Nigéria, et aussi avec la France. Des gendarmes français sont arrivés sur le terrain. L’ambassadrice de France (qui est en poste au Cameroun depuis 15 jours seulement !) est venue à Maroua et hier nous avons longuement échangé avec elle et ses collaborateurs.

Les tractations se font bien sûr dans la plus grande discrétion possible. Mais ici interviews, coups de téléphone et e-mail n’arrêtent pas, même l’agence « Chine Nouvelle » de Pékin m’a téléphoné (en français !) pour avoir des nouvelles… !!! On se passerait bien de toute cette publicité, on préférerait revoir Georges !

La population, en particulier à Nguétchéwé, est consternée et humiliée. C’est la grande tristesse. Et pour nous tous aussi. Cette région du Cameroun est la plus belle région du Cameroun et même d’Afrique, la région la plus accueillante, la plus pacifique, où règnent l’harmonie et la bonne entente entre les 50 ethnies de la région et entre les religions, musulmans, protestants, religion traditionnelle, catholiques, on vit en paix, dans le respect, l’amitié (l’imam de la grande mosquée de Maroua est à la Mecque, mais son secrétaire a été un des premiers à me manifester sa sympathie). Et voilà qu’une bande de fous nous forcent à déclarer la région « zone rouge » !!! « N’y allez pas » !!! Pour nous c’est très difficile à accepter.

La première réaction de l’administration était de rassembler (pour un temps ?) tous les missionnaires expatriés à Maroua. Finalement ils acceptent que chacun et chacune reste à son poste, et des équipes de sécurité (police, gendarmerie, « BIR ») se relayent à Koza, à Ouzal, à Nguétchéwé, à Zhelevet, à Kolofata, Amchidé, entre autres. Le sud de Mokolo (de Rhumzu à Bourha) ne semble pas concerné (pour le moment ???).

Hélas, hier dimanche, à Assigassya (au Cameroun, mais sur la frontière, à 20 km de Nguétchéwé), les bandits sont venus mettre le feu à la chapelle protestante, ont tué le pasteur (camerounais) et un enfant.

Il y a quelques jours, au Nigéria, ils ont tué plusieurs dizaines d’enfants (musulmans) réunis dans une école coranique. Ici les musulmans de Maroua me disent que les écoles coraniques sont pleines d’enfants nigérians réfugiés. Boko Haram détruit et tue même les musulmans ! des petits enfants musulmans ! au nom d’Allah !!! C’est inimaginable.

A Nguétchéwé, dans la maison de Georges, il y a un grand rosaire (c’est la paroisse ND du Rosaire !) avec de très gros grains, qui s’étale sur un mur. Les bandits lors de leur « visite » l’ont arraché, cassé, coupé… sûrement en haine des chrétiens. On va célébrer à Nguétchéwé une messe pour remettre en place ce chapelet profané.

Partout les gens prient pour Georges, avec Georges, et pour la paix. Et moi je vis avec lui, je suis tout le temps en train de lui dire « courage Georges, courage Georges » ! Je pense qu’il sait que je suis en train de lui dire cela.

Voilà quelques nouvelles. J’espère que mon prochain billet sera pour vous annoncer le retour de Georges parmi nous !

Merci mille et mille fois de vos messages fraternels, de votre amitié, de vos prières.

Fr. Philippe

Contact Hébergeur : OVH © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013